Bienvenue dans mon Univers

Bienvenue dans mon Univers

DIDEROT OU LE BONHEUR DE PENSER - JACQUES ATTALI

Diderot.jpg

 

Quel plaisir de raconter la vie d’un homme immensément intelligent, puits de science, totalement libre, follement amoureux, incroyablement créatif. Et si drôle !

Quel plaisir de comprendre qu’il est plus important que tous les autres auteurs des Lumières, parce qu’il a pensé avant d’autres aux droits de l’homme, à la révolution, à l’unité de l’espèce humaine ; parce qu’il a bâti, avec L’Encyclopédie, le socle de la révolution politique, philosophique et économique de l’Europe.

Traversant le XVIIIe siècle, de la fi n du règne de Louis XIV à la veille de la Révolution française, Denis Diderot aura tout vu de la fi n d’un monde et tout compris de celui qui s’annonçait. Il aura défi é les grands de son temps, il aura pensé et écrit librement au risque de l’emprisonnement. 
Doué d’une prédisposition infinie au bonheur, il aima jusqu’au dernier jour plusieurs femmes à la fois, sans s’en cacher, sans en attendre ni argent, ni influence. Polémiquant, ferraillant sur tous les sujets, inspirateur et éditeur de ses contemporains – Rousseau, d’Alembert, d’Holbach, Condillac… –, il bouleversa les codes du théâtre et du roman français. Et fut le dernier homme à maîtriser l’ensemble du savoir de son époque.

À mon sens, dans un siècle, Diderot sera probablement le seul philosophe des Lumières à voir son étoile grandir. Le seul qui nous sera encore utile, par ses idées comme par sa façon de penser. »

 

Mon commentaire :

 

C’est un ouvrage  difficile mais absolument captivant, il est très documenté et repose sur des sources référencées et vérifiables.

En découvrant la vie de Diderot, nous découvrons une France  endettée, bien loin d’être avant-gardiste  sur le plan technologique, sous le joug d’un « despote » Louis XV. 

 

Ecrire et publier des livres, à l’époque, nécessitaient la permission de l’état et l’obtention d’un « privilège » La censure était vigilante et très sévère.

 

En fait la France est une dictature où l’on décapite sur dénonciation, rapidement et « sans état d’âme »

 

L’église est toute puissante et domine les esprits par la peur, elle fait régner la terreur pour la moindre parole athée, pour le non respect strict  du dogme.

 

La religion, l’opium du peuple et le prétexte aux pires ignominies, l’histoire se répète inexorablement !

 

Dans un tel climat comment ne pas admirer Diderot et son œuvre  « l’Encyclopédie »

 

Ce penseur infatigable a consacré 25 années de sa vie à rassembler  et mettre en pages tout le savoir de son temps. Un labeur titanesque.

 

On découvre un très grand humaniste, sans cesse préoccupé du bonheur de ses semblables, apportant son  aide inconditionnelle aux  amis qui le sollicitent.

 

Un esprit ouvert aux nouveautés, un être pétri d’intelligence et de bon  sens.

 

Sa  grande écoute et humilité devant le savoir « des souscripteurs »  et sa faculté de déléguer, en effet il apportera très peu de corrections aux articles confiés bien que tout soit vérifié et compris par lui avant d’être publié.

 

Diderot  "enchaîna"  son existence  à une tâche titanesque  au service de l'humanité, des centaines de personnes  l'aidèrent bénévolement , tous furent à mon sens, les précurseurs de Wikipédia, encyclopédie collaborative, qui offre à Diderot son immortalité

 

Martine

 



13/12/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres