Bienvenue dans mon Univers

Bienvenue dans mon Univers

CA NE MANGE PAS DE PAIN ! D'ou vient l'expression ?

36129959.jpg

Lorsque  quelque chose ne demande pas d'effort particulier, n'a pas de conséquence ou n'implique pas un grand risque, on dit parfois que " ça ne mange pas de pain "

Cette expression tire ses origines du Moyen Age, à l'époque où le pain était l'une des bases de l'alimentation. Il représentait par conséquent une  part importante du budget familial

Prendre telle ou telle décision importante comme par exemple acheter un objet pouvait  grignoter le budget nourriture et donc celui du pain notamment dans les foyers les plus modestes.

 

Ces derniers privilégiaient les choix qui ne leur coutaient rien " qui ne mangeaient pas de pain" puisque cela n'avait aucun impact sur les stocks de denrées.

 

L'expression a ensuite été attestée dans le courant du  XVII e siècle, à cette époque la France  avait traversé  plusieurs grandes famines, notamment entre 1693 et 1694, puis a été conservé  au fil du temps.

 

Grande famine de 1693-1694

 
Grande famine de 1693-1694
Pays Drapeau de la France France
Période 1693-1694
Victimes 1,3 millions de personnes

 

 

La grande famine de 1693-1694 est due à un hiver très rigoureux en 1692, suivi en 1693 d'une récolte très médiocre, causée par un printemps et un été trop pluvieux, causant une flambée des prix des céréales et une sous-alimentation qui favorise les épidémies comme le typhus, jusqu'en 1694.

 

La France, qui avait alors 20 millions d’habitants, eut 1 300 000 morts en plus de la mortalité normale, selon Emmanuel Leroy-Ladurie, qui estime à 600 000 morts la catastrophe suivante, la Grande famine de 1709.

 

L'historien François Lebrun estime même que la population française est passée de 22,25 à 20,75 millions d’habitants en deux ans, entre 1692 et 1694, soit une perte totale d’un million et demi de personnes.

 

Ces terribles événements étaient loin d’être exceptionnels. Selon les historiens de l’époque, la France a connu 13 famines générales au XVIe siècle, 11 au XVIIe siècle et 16 au XVIIIe siècle.

 

« Supposez que ce relevé soit complet et fiable, il laisse de côté les famines locales, et celles-ci, très fréquentes, surviennent presque chaque année, ici ou là », a souligné l'historien Fernand Braudel, qui note qu’avec « l’effroyable disette » de 1812, la famine de 1816-1817 et la succession de mauvaises récoltes survenues entre 1820 et 1830, en 1837 et en 1846-1848, même le XIXe siècle n’a pas été épargné.

 

Lors de la grande famine de 1693-1694, la mauvaise nourriture due à la disette a favorisé les épidémies : la typhoïde de l’automne 1693 et du printemps 1694 est décrite par des « fièvres putrides, malignes, pestilentes, avec atteinte intestinale, taches abdominales (le pourpre), prostration, rêveries, assoupissement ».

 

Selon l'historien Grégory Quenet, « la famine de 1693-1694 montre les limites de la capacité d'intervention de l'État » à cette époque, qui se contente d'interdire en 1692 l'exportation des blés. La famine de 1693-1694 a cependant épargné la région méditerranéenne dont l'agriculture a même profité un peu d'une meilleure pluviosité.

 

Cette famine se produit sur fond de guerre de la Ligue d'Augsbourg, de relèvement de la taille et débouche sur la création, en 1695, d'un nouvel impôt, la capitation.

 

Même s'il maîtrise mal la dimension météorologique de la catastrophe, dans un mémoire au roi Louis XIV, Vauban dénonce en bloc, en 1700, les causes selon lui de la crise démographique que traverse alors la France : la misère effroyable des paysans, les mauvaises récoltes, la lourdeur des impôts.

 

Source Wikipédia

 



21/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 92 autres membres