Bienvenue dans mon Univers

Bienvenue dans mon Univers

20 LIVRES LUS PAR ESPRIT EN 2021

Parce que la pensée est toujours une aventure collective, le travail de lecture et de recension de livres est au cœur de la vie d'une revue. Voici vingt livres que nous avons lus et aimés en 2021. À travers eux, nous renouvelons notre pari du croisement des regards et des disciplines, du récit et de l'analyse, de la littérature et des sciences sociales, pour une meilleure compréhension du monde qui vient.

 

 

 
   

Lanti-démocratie au xxie siècle. Iran, Russie, Turquie d’Hamit Bozarslan

Recension de Denis Bauchard

« Ce livre stimulant vient à son heure, au moment où la débâcle américaine en Afghanistan ne peut qu'affaiblir la démocratie et nourrir l'anti-occidentalisme viscéral des dirigeants de ces trois pays. »


   

Hamnet de Maggie O’Farrell

Recension de Sylvie Bressler

« Maggie O’Farrell permet à une figure éclatante de femme, d’épouse et de mère de s’imposer, à la vie d’un enfant oublié de prendre enfin du sens et à un dramaturge mythique d’être perçu comme un homme ordinaire : un monde se forme peu à peu sur la vaste scène qu’est le roman. »


   

L’unique réponse de Jean-Marc Sourdillon

Recension de Jean-Pierre Lemaire

« Le dernier recueil de Jean-Marc Sourdillon poursuit l’itinéraire poétique engagé par l’auteur depuis 2008, avec Les Tourterelles. Intitulé L’Unique réponse, l’ouvrage se situe pourtant loin de toute forme de dogmatisme, et investit la thématique de la naissance, conçue comme l’acte de vivre porté à sa plus haute intensité. »


   

Les enfants de la Clarée de Raphaël Kraft

Recension de Léo André

« Journaliste, Raphaël Krafft s’intéresse particulièrement au sort des migrants, en France comme à l’étranger. Alerté par deux reportages sur une nouvelle voie de passage entre la France et l’Italie, le col de l’Échelle, il décide d’y enquêter à l’automne 2017. Il y fait la rencontre de personnages hauts en couleur, rhéteurs et surtout sauveteurs. »


   

L’Empreinte de Pierre Bergounioux

Recension d'Amaury Nauroy

« L’Empreinte, s'ouvre et se clôt sur l’affirmation superlative de son appartenance à un lieu unique : « Je suis de Brive. » Tel qu’il se la représente, l’enclave gréseuse du Bas-Limousin n’a rien à voir avec l’idée que nous nous faisons, nous qui n’y sommes pas allés, des « plus mauvaises terres » de France. C’est, sous sa plume, une somptueuse caverne d’Ali Baba. »


   

Les Murs Blancs de Léa et Hugo Domenach

Recension de Jean-Louis Schlegel et Margaux Cassan

« Léa et Hugo Domenach racontent ce qui se joua dans ce lieu où Emmanuel Mounier s’installa juste avant la guerre pour vivre en communauté avec les collaborateurs de la revue Esprit, et où Paul Ricœur vécut de 1958 jusqu’à sa mort en 2005. »


   

Les maisons de la sagesse-traduire. Une nouvelle aventure de Barbara Cassin et Danièle Wozny

Recension d'Anne Lafont

« La forme libre et inattendue de ce livre est à la mesure de la liberté d’esprit de Barbara Cassin et de Danièle Wozny, qui partagent ce grand projet d’animer des maisons de la sagesse-traduire, sur le modèle de celles qui avaient été inventées dans le monde musulman médiéval, les bayt al-hikma. »


   

Poussière dans le vent de Leonardo Padura

Entretien avec l'auteur par Nicolas Dutent

« Alors que j'étais au Mexique, début 2020, je me promenais un après-midi avec mon épouse Lucía et l'écrivain cubain Francisco López Sacha. Nous avons entendu une chanson du groupe Kansas qui était diffusée dans un magasin et Sacha m'a dit : “Écoute, il est là le titre de ton roman : Dust in the Wind…“ c'est ce que nous sommes, de la poussière dans le vent, c'est l'histoire de notre génération »


   

Politique de l’activisme. Essai sur les mouvements citoyens d’Albert Ogien

Recension de Benjamin Caraco

« L’essai d’Albert Ogien a le mérite de relativiser les discours relatifs à la dépolitisation : il met en lumière le déplacement de la politique vers d’autres lieux, ses nouveaux registres d’actions et ses capacités de régénération. »


   

zef Czapski, itinéraires de vérité par Maria Delaperrière, Maciej Forycki et Pawel Rodak

Recension d'Antoine Marès

« Les auteurs font paraître une série de monographies consacrées à Jozef Czapski et à ses “itinéraires de vérité“. L’ouvrage est l’occasion de redécouvrir le parcours de cet intellectuel polonais, à la fois peintre et écrivain, qui fut témoin des événements les plus marquants du xxe siècle. »


   

Ils font vivre le journalisme en Russie! Portraits de journalistes indépendants sous la direction de Johann Bihr

Bonnes feuilles de Johann Bihr

« Quinze ans après l’assassinat d’Anna Politkovskaïa, et alors que la pression sur les médias atteint des sommets inégalés depuis la chute de l’Union soviétique, cet ouvrage collectif rassemble quinze portraits de journalistes indépendants russes d’aujourd’hui. »


   

M. L’enfant du siècle d’Antonio Scurati

Recension de Nicolas Léger

« Le dernier roman d’Antonio Scurati, consacré à Mussolini, a suscité les critiques en raison de sa forme, à mi-chemin entre le récit et le documentaire, et de son ton ouvertement engagé. L’auteur prétend opposer une contre-histoire au récit mythifié du régime fasciste. »


   

L’inconnu de la poste de Florence Aubenas

Recension de Bénédicte Chesnelong

« Comme chaque fois qu’elle s’intéresse à un fait divers, il ne s’agit pas pour Florence Aubenas d’en faire le simple récit journalistique. En se penchant, avec son inlassable curiosité, non seulement sur les faits mais aussi sur les gens, elle nous éloigne de la scène du crime, pour mieux nous intéresser à ceux dont l’existence s’en est trouvée profondément perturbée. »


   

Les capitalismes à l'épreuve de la pandémie de Robert Boyer

Recension de Bernard Perret

« En publiant ce livre, l’auteur a pris le risque d’une lecture à chaud des conséquences économiques de la pandémie, avec le recul permis par sa profonde compréhension des évolutions du capitalisme mondialisé. L’ouvrage est moins un exercice de prospective qu’une radiographie du système économique pris dans une tourmente que personne n’avait vu venir. »


   

Rescapée du goulag chinois de Gulbahar Haitiwaji et Rozenn Morgat

Recension de François Crémieux

« Lire le récit de Gulbahar Haitiwaji, c’est à la fois comprendre la mécanique du quotidien d’un système concentrationnaire moderne, et prendre la mesure de l’ampleur et de la sophistication du génocide que tentent les dirigeants chinois contre le peuple ouïgour. »


   

Pouvoir de la non-violence. Pourquoi la résistance civile est efficace d'Erica Chenoweth et Maria J. Stephan

Recension de Laurence Hansen-Löve

« L’essai déconstruit un préjugé tenace au sujet des révolutions, en démontrant que la non-violence est statistiquement plus fructueuse que les révoltes armées. Il ouvre des perspectives stimulantes pour affronter les crises politique et écologique. »


   

La nuit des orateurs d'Hédi Kaddour

Recension de Cécilia Suzzoni

« Le roman historique d'Hédi Kaddour restitue sans excès ni effets de manche l’esprit de la Rome antique. Le roman polyphonique raconte les dernières années du règne de l’empereur Domitien, dans une prose brillante qui sonne comme un hommage littéraire à la langue latine. »

 

 

La Familia Grande de Camille Kouchner

Recension de Jean-Maxence Garnier

« Cette Grande Famille qui s’est tue, c’est nous tous, nous tous qui savons, devinons, pressentons ce qui se passe et le taisons, car cela nous enferme justement dans l’indicible, la douleur des victimes elles-mêmes, mais aussi l’entourage proche, les frères et les sœurs, les mères et le cercle des amis. »

 

 

Dieu de la Bible, dieu du Coran. Entretiens avec Jean-Louis Schlegel de Thomas Römer et Jacqueline Chabbi

Recension d'Annick Jamart

« Ce livre vient, avec bonheur et clarté, combler notre ignorance quant à la réalité historico-critique de la Bible et du Coran. Jean-Louis Schlegel y interroge, de manière précise et incisive, deux éminents spécialistes : Thomas Römer et Jacqueline Chabbi. »

 

 

Le Chant du poulet sous vide de Lucie Rico

Recension de Jean-Paul Gavard-Perret

« Le conte tourne à l’absurde : le monde est pris entre un désir carnassier et le besoin de l’effacer. S’en dégage une méditation profonde sur la race dite humaine, sans flatterie mais avec tendresse. »

   


18/01/2022
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres