Bienvenue dans mon Univers

Bienvenue dans mon Univers

MES POESIES

 

Depuis ma tendre enfance je joue avec les mots,

 

Ces mots qui me racontent et sont aussi "cadeaux"

 

Ils s'en vont, ils s'en viennent sans trop savoir comment,

 

Décrivant joies et peines et autres sentiments.

 

J'aime à les écrire pour ne jamais les dire,

 

J'ai peur que prononcés,ils ne soient "abîmés"

 

Avec vous je veux bien  un peu les partager,

 

Comment ? tout simplement, il vous suffit d'entrer !

 

MARTINE

 

 

 

 


MAISONS D'ARRET




Dans ces maisons d'arrêt toujours en mouvements,

Vous devenez objet, tout n'est que châtiments.

Venez-vous visiter un futur condamné ?

C'est donc de son opprobre que vous serez souillé !

Il y aura l'attente dans le froid ou le vent,

Avant de pénétrer l'enfer des tourments,

Puis tous ces bruits de clés, de portes qui se ferment,

Et pas un seul regard pour prendre votre peine.

Alors quelques minutes ou parfois quelques heures,

Vous serez le vivant qui parlera aux morts.

 

 On leur a tout ôté, leurs lacets, leurs ceintures,

Aussi  de leur nom « d'homme » ont-ils perdu l'allure.

Pour mieux les humilier faut-il continuer,

A les déshabiller de toute  dignité ?

Mais comment peut-on croire que dans ces conditions,

Renaisse un peu d'espoir, chemin de rédemption ?

 

Tous leurs jours se ressemblent,  ils se détestent « ensemble »

Ces punis de l'espace rêvent d'un lopin de place,

Avoir un coin à soi, d'un lieu  « être le roi »

Dormir sans guetter, parvenir à rêver,

Afin que le matin efface leurs larcins.

 

Privés de liberté avant d'être jugés,

Ils comptent les saisons attendant de revoir,

La couleur des moissons pour éclipser le noir.

 

Ils sont là pour payer le prix de leurs erreurs,

La société qui doit leur rappeler la loi,

Pourra-t-elle oublier lorsque sonnera l'heure,

Leurs méfaits et leurs crimes ?

Alléger leurs bagages, revoir leurs équipages,

Permettre à leurs voyages  de rejoindre les cimes !

 

D'aucuns sont réceptifs et  apprennent un peu tard,

Que les clés du bonheur se cachaient dans « Savoir »

Vers d'autres horizons  un jour ils partiront,

Découvrir leurs passions et redorer leur nom.

 

Pour d'autres il est trop tard  car chaos et brouillard,

Mêles dans leur esprit  ont éteint toute vie.

Ils ont besoin de soins pour leurs pathologies,

« Fous » pour la société ce sont les oubliés !

Quelle est l'institution qui saura les aider,

Pour qu'enfin de leurs peurs nous soyons délivrés ?

 

Oui pour tous ces humains  il existe un  demain,

C'est au travers des mots (maux)

Que viendra  le repos,

La fraîcheur d'un matin les prenant par la main,

Ils seront fortunés de Mille libertés.

 

MARTINE

 

 

 

 

 

 


11/02/2019
0 Poster un commentaire

COUSINE DE MON COEUR

Cousine d'aujourd'hui Cousine de demain,
  Cheminons  donc ensemble en nous  tenant la main,
Si la vie par moments éloigne les destins,
Ton prénom de mon coeur ne fut jamais lointain.

Nous avons en commun l'image d'une grand-mère,
Difficile parfois et plus qu'autoritaire,
Son  amour était tu il existait pourtant,
Nous vêtant de conseils  en traversant les ans.

Notre esprit de  famille, c'est  l'art qui s'éparpille,
Le dessin, la peinture, la photo et les mots,
Ces belles disciplines nous offrent le repos,
Elixir de bonheur qui font que nos yeux brillent.

Martine

 

 

11/02/2019
0 Poster un commentaire

L'ENLUMINURE

 Texte 1 .jpg

 

 

Image 2.jpg

 

Image 3.jpg

 

Image 4.jpg

 

 

Et si le sujet vous intéresse cliquez sur les liens ci-dessous :

 

part_2_dossier_pedagogique_fonds_ancien.pdf

 

Dossier_enseignant-L--art-de-l--enluminure.pdf


31/01/2019
1 Poster un commentaire

LES OUBLIES DE LA REPUBLIQUE

https://static.blog4ever.com/2009/08/342872/Les-Enfants-de-Rue_8073585.jpg

J’ai peur chaque matin d’ouvrir encore les yeux,

Sur la misère du monde et la colère des cieux,

Je rage d’impuissance devant l’ignominie,

Des milliers de naissances dans la catimini.

 

Réguler, maitriser, contrôler, planifier,

Le respect de l’humain réduit fécondité,

Ignorant  ces principes, ils seront par milliers,

Enfants de l’exclusion nés dans l’anonymat,

Baptisés   de  « personne »  d’alpha en oméga.

 

Habillés de prénoms, ils ne possèdent en droit

Que celui de se taire et de subir nos lois,

Quelles couleurs sont leurs jours, le repos de leurs nuits,

Ou tendresse et amour sont gommés par l’oubli.

 

Abusés, violentés, nourris de maltraitance,

Leurs  mots seront des larmes pour nous dire leur enfance,

Grandir, se développer et puis aussi jouer,

Que de verbes impossibles  pour eux à conjuguer.

 

La confiance en son pas pour aller vers demain,

Martèle  la prudence et la peur du chemin.

De règles en injonctions, de notes en directions,

Ils aspirent  découvrir un semblant d’affection.

 

 

La famille d’accueil  soutient du quotidien

Elève un mur de rites massif et rachidien,

Implacable machine que l’administration,

Qui s’acharne à briser  fragile relation.

Qui pourrait se construire, apprendre, persévérer,

Quand de familles en centres il faut déménager.

 

L’état prodiguant  fonds se donne bonne conscience,

Prétendant  ignorer mille et une déviances,

L’empathie  et l’écoute  pour tous ces délaissés,

Se résument  aux mesures qu’on ne peut façonner.

 

Dès  leur majorité, du jour au lendemain,

Les voici devenus  maîtres de leurs destins,

Sans argent et sans toit auront-ils d’autres choix,

Que d’élire domiciles dans la rue désarroi.

 

Célèbre institution dont je tairai le nom,

Enrichit  Thénardier  honte de la nation,

Des résilients dénoncent,  pas tout à fait brisés,

Pour que de leurs méfaits ils soient un jour châtiés.

 

De Vincent à Audrey, de Carole à Françoise,

Ils portent leurs messages sur tout le territoire,

S’engager dans l’action, divulguer  leur mission,

Armés de leur courage, de  tant d’abnégation,

Ils nous ouvrent les yeux sur ces aberrations

Pour crier par leurs voix toute notre indignation.

 

Martine

 

 

 

 

ST Vincent de Paul  - Audrey Hepburn –

Carole Bouquet – Françoise Laborde

 

 

 


24/01/2019
4 Poster un commentaire

L'AMERIQUE QUI PLEURE

3054000.jpg

 

Amérique nation du rêve qu'as-tu fais,

Vendre ton âme à un fou,

Ensevelir tes principes sous des torrents de boue,

Nier la liberté d'un seul coup de balai,

Tuer la sagesse de tes pères pèlerins,

Usurper la planète aux enfants de demain,

Remiser le progrès et toute science au loin,

En donnant le pouvoir au clown cabotin !

 

Martine

 

 

 

 


22/01/2018
4 Poster un commentaire

SI J'AVAIS LE POUVOIR

enfant-sommeil-1_5998992.jpg

 

Si  j'avais le pouvoir de faire cesser les guerres,

Enfin nous serions  tous frères sur cette terre,

 

Si j'avais le pouvoir de multiplier le pain,

Plus aucun être humain n'endurerait la faim,

 

Si j'avais le pouvoir de tuer l'injustice,

De moult privilèges j'abattrai l'édifice,

 

Si j'avais le pouvoir d'écrire les destins,

Ma calligraphie d'or sécherait les chagrins,

 

Si j'avais le pouvoir de n'exaucer qu'un voeu,

Ne plus jamais savoir un enfant malheureux.

 

 

Martine

 

 

 

 

 


11/01/2018
3 Poster un commentaire

AIMER

Mains.jpg

 

Aimer c'est partager,

Illusions, rêveries, ensemble voyager,

Magnifier le réel, colorer les instants,

Etreindre le futur et chérir le présent,

Respirer chaque jour en défiant le temps.

 

Martine

 


11/01/2018
0 Poster un commentaire

L'EGYPTE

IMG_6717-960x721.jpeg

 

Pays tentaculaire, carrefour des millénaires.

Passion de mon enfance, contrée de transcendance,

Tant  d’échelles du temps pour  percer tes mystères,

Et  déchiffrer tes glyphes et rites funéraires.

 

 

La pierre de Rosette, ancêtre de voyance,

Décret de Ptolémée, chemins d’arborescence,

Conjugaisons des langues et moult  dictionnaires,

Viendront  briser le sceau des lèvres du désert.

 

 

Isis déesse mère m’a offert en présent,

Philae, l’ile sainte soufflant mes  cinquante ans,

La perle de l’Egypte, suprême majesté,

Célébra l’arrivée de ma barque sacrée.

 

 

Aux portes du Soudan le culte d’Amon-Ré,

Habille quatre colosses de roche mordorée,

Le temple d’Abou Simbel taillé dans le rocher,

Par mille allégories m’enrôla à l’armée.

 

 

Esclaves et prisonniers soumis aux mêmes lois,

Suèrent  de la terreur et des larmes d’effroi,

Ils fouillèrent les carrières et traînèrent des pierres,

Elevant par degrés un immense escalier,

Mausolée des abysses et tutoyant les cieux,

La splendeur de Khéops fit  larmoyer mes yeux.

 

 

Rêves pharaoniques tu berces encore mes nuits,

De la vallée des rois, à l’or de  Nubie,

Je pirogue  avec toi vers le pays de Pount ,

Pour marcher sur les pas de la belle Hatchepsout.

 

Martine

 

 

 

 


04/12/2017
3 Poster un commentaire

VINCENT

van_gogh_primary.jpg

Ton  prénom prononcé partout  sur la planète,
Eclate de couleurs, allume les comètes.
Tu fus très près de Dieu  mais l'ombre te fit peur,
Et tu choisis la vie, ignorant ses douleurs.
 
Théo de son soutien croit  en tes lendemains,
Il est ami et frère et subis tes galères,
De La Haye à Paris, d'Anvers à ST Rémy,
Tu peins et lui expose ton art en galeries.
 
Ton milieu, sa morale avec ses conventions,
N'épouseront jamais tes moindres convictions.
Tu as ouvert les yeux sur les petites gens,
Tes tableaux les racontent les tirant du néant.
 
 A chemin tourmenté, équilibre fragile,
Et tel un funambule tu marches sur un fil,
D'amour en amitié tu ne puis point trouver,
Un être de lumière pour vivre à tés côtés.
Tu fus souvent bien seul, peignant les sentiments,
Au gré de tes humeurs, couleur ou noir et blanc.
 
Après bien des années de travail, de misère,
Méconnu dans ton Art, décrié par tes pairs (père)
Ton travail acharné, de natures en portraits,
Te qualifie enfin de Précurseur du Trait.
 
Pourquoi alors  qu'au loin tu aperçois  la gloire,
Décides- tu soudain d'un point à ton histoire ?
Et ce frère aimant bien au- delà des mots,
Qui quelques mois plus tard partagea ton repos ?
Secondes de folie mirent fin à deux vies,
D'un être trop sensible et de son frère Génie !
 
Tu ne fus pas heureux, incompris, tourmenté,
Décrivant le réel mais toute vérité,
Avant  de prendre forme doit être méditée !



Pourtant  VINCENT  tu vois,  sur ta vie sur ton œuvre,
Il n'y a plus de voile,
La lumière et la vie s'envolant de tes toiles,
Ont mené  ton destin au sommet des étoiles.



 MARTINE

 


03/09/2017
0 Poster un commentaire

GRAND-MERE

numérisation0003 (2).jpg

 

 GRAND-MERE

 

 

Tu es partie depuis si longtemps,

 

Et pourtant ………..

 

Mon chagrin multiplie les ans.

 

Eclairant ma mémoire, le ciel de ton regard,

Charmait la galaxie en  congédiant  les nuits.

 

 

Presque sexagénaire, tu fus mon père, ma mère,

M’habillant de sourires pour me taire tes galères,

Vivre l’instant présent pour semer  l’insouciance,

Remparts de  rituels pour nourrir ma confiance,

 

Et pourtant ……

 

Une partie de moi-même demeure tout près de toi,

Je reste cette enfant qui ne grandira pas.

 

 

 

Chaque jour pour l’école  tu te levais poltron,

Pour tresser mes cheveux,  empeser mes jupons,

Me vois-tu de là-haut toujours bien repassée,

Célébrant par le fer un peu d’hérédité ?

 

 

 

Cette pierre muette où s’est inscrit ton nom,

Enterrait ton histoire et les générations,

De paroisses en  registres  j’ai remonté le temps,

Pour te dire tout bas qui tu étais vraiment.

 

 

Emigrant Savoyard ton grand-père Louis,

Epousera à Lyon une fille du midi,

Héritant de ta mère deux perles de l’océan,

Je lis ton atavisme rédigé en Allemand.

 

 

Ton désir de voyages et de pays lointains,

Me raconte au présent l’histoire de tous les tiens,

Ils épousaient les cimes ou fréquentaient la mer,

Et d’Europe en Afrique ils cultivèrent la terre.

 

 

L’épopée de tes jours, randonnée sédentaire,

Je chausserai pour toi les bottes de Gulliver,

Ta rigueur et ton goût  pour l’ordre établi,

Seront les maitres-mots de mon chemin de vie.

 

 

Pain dur de la semaine et nous voilà parties,

 Pour la place  Bellecour,  pèlerinage du  jeudi,

Cheminer en charrette en caressant l’ânon,

Nourrir  de compassion bataillon de pigeons.

 

 

Puis…. Pour se  réchauffer les jours  froids de l’hiver,

Brioches aux Pralines et chocolats fumants,

Nous influaient l’élan pour une semaine entière,

Efficient placébo de tout médicament.

 

 

Toi qui travaillait dur et vivait chichement,

Tu te privais souvent pour mes bonheurs  d’enfant,

Entends-tu de mon cœur s’envoler les mercis,

Elevant  des remparts  t’abritant de l’oubli.

 

 

Parfois j’entends ta voix qui dit :

« Ne pleure pas, je ne suis plus qu’un souffle mais je veille sur toi »

 

 

Martine

 

 

 


18/07/2017
0 Poster un commentaire