Bienvenue dans mon Univers

Bienvenue dans mon Univers

MES POESIES

Depuis ma tendre enfance je joue avec les mots,

Ces mots qui me racontent et sont aussi "cadeaux"

Ils s'en vont, ils s'en viennent sans trop savoir comment,

Décrivant joies et peines et autres sentiments.

J'aime à les écrire pour ne jamais les dire,

J'ai peur que prononcés,ils ne soient "abîmés"

Avec vous je veux bien  un peu les partager,

Comment ? tout simplement, il vous suffit d'entrer !

MARTINE

 


AUX TRESORS OUBLIES

480d962d7f785b224208ca611932d2e3

Pour tous ces gens qui sont des trésors oubliés

 

Humilité  et bienveillance,

Intelligence et clairvoyance,

Valeurs du monde de demain,

Pour vous qui ne possédez rien.

 

 

Dans cette ronde des humains,

Notre conscience vous tend la main,

Pour cheminer vers l'espérance,

En oubliant la déshérence.

 

Je voudrais tant  et je le souhaite,

Que vos jours s'habillent de fête,

Pour nous apprendre à entrevoir,

Votre beauté dans le miroir.

 

Martine 

 

 

 


06/12/2022
0 Poster un commentaire

HOMMAGE A CHRISTIAN BOBIN

FiZ7WI9XgAEtkrG

 

Les Éditions Gallimard ont l’infinie tristesse d’annoncer le décès de Christian Bobin à l’âge de 71 ans. Nous partageons l’immense peine de sa famille et de ses proches.

 

------------------

 

Vous voilà descendu du train de ma vie,

J'imaginais vraiment notre voyage permanent,

Vous étiez si discret et pourtant si présent,

Milliers de chuchotis envolent mes mercis.

 

Vos silences et vos mots nouvelles de l'éternel,

La lumière de l'image vêtue de noir ou blanc,

Le regard du chagrin, écho intemporel,

Ou la respiration d'un bonheur transcendant.

 

Il vous a accueilli, assis sur un nuage,

Au royaume  du Très-Bas domaine du Dieu du rien ,

Ici-bas le traité du sourire en partage,

Pour que musique du monde devienne l'ordre du bien.

 

Martine

 

 

 

 


28/11/2022
2 Poster un commentaire

RENAUD - LES MOTS

 

Tu  es  un peu étrange, écorché et si vrai,

Tu  joues avec les mots pour un accord parfait,

Les fêlures de ta  voix nous confient tes souffrances,

Tu  observes le monde grommelant  le non-sens.

 

Ta vision de la vie qui te  colle à la peau,

T'affuble au fil des jours, en Renard ou Renaud,

De Manhattan, Kaboul, aux ballades Irlandaises,

Funambule oscillant au bord de la falaise,

Fatigué mais debout, de l'étoffe des Rois,

Que nos voix te rassurent, on est  Morgan de toi.

 

Martine

Le 28/11/2022


28/11/2022
4 Poster un commentaire

L'APPRENTI DE LA GRANDE FABRIQUE

Lyon-Capital-of-Silk-in-France

 

C'est un petit morjon lorsqu'il débarque à Lyon,

Il est tout à la fois, chancagné, empégé,

Pourtant la Grande Fabrique deviendra sa famille,

Le quadrille des enfants lui apprendra à lire.

 

 

De traboules en comptoirs, le voilà " vas-y-dire"

Notre jeune artignole séduit moult enquelins,

Qui bambanent avec lui en bravant l'air chanin.

 

 

Penché sous le chelu, il tâte du brocart,

Surveille les roquets et tisse du Jacquard,

Tocassin, bistanclac devenus familiers,

Des Fournier père et filles, il sera l'ouvrier.

 

 

Combat des acharnés aux esprits échauffés,

Sans le vouloir vraiment il va participer.

Des travaux de Perrache jusqu'au droit de banvin,

Les barils sont remplis de poudre plus que de vin.

 

 

Défiant les négociants et les autorités,

Du haut du Gourguillon descendent buvetiers,

Compagnons incertains et puis maîtres-ouvriers,

D'un même grondement noircissent le pavé.

 

 

La révolte des deux-sous forge son caractère,

Il guinche avec chacun sans scinder la bannière,

L'orgueil et l'impudence des périls de la nuit,

Seront les conséquences de la mort d'un ami.

 

 

Chassé par les Fournier le voici relégué,

Reglaneur de pelosses, il dort dans une cadolle,

Mais parmi les navets il garde des alliés,

Au-delà des murailles nous suivrons sa carriole.

 

Martine

 

 

 

Un morjon : petit gamin , morveux

 

Chancagner : chagriner

 

Empéger : Géner, embarrasser

 

La grande Fabrique : Terme générique qui désigne l'ensemble des acteurs de l'industrie de la soie à Lyon souvent associé à " Grande" comme pour mieux matérialiser la domination Lyonnaise dans ce secteur.

 

Le Quadrille des enfants  : Méthode d'apprentissage de la lecture publiée par l'abbé Berthaud en 1744   :

 

Les traboules : raccourcis s'empruntant uniquement à pied entre les immeubles et leur cour.

 

Comptoir : Dans le sens général, magasin d'un négociant en soie.

 

Les vas-y-dire : Enfants de la rue à qui l'on confiait la délivrance de message moyennant quelques sols.

 

Etre artignole : vif, remuant

 

Un enquelin : un voisin par extension familière : copain, camarade.

 

bambaner : Flâner

 

L'air chanin : Temps sombre et froid

 

Le  Chelu : petite lampe de fer blanc munie de réflecteur que l'on suspend souvent dans la longueur d'un métier à tisser.

 

Le Brocart : Terme générique qui désigne tous les tissus de soie combinée avec des fils d'or

 

Un Roquet : Support en bois servant aux bobines de fils.

 

Le tocassin : Le vacarme

 

Le Bistanclac  : Bruit caractéristique et familier des métiers à soie.

 

Droit de Banvin  : Droit exclusif qu`avait un seigneur, de vendre le vin de son cru, dans sa paroisse, durant un temps fixé

 

La montée du Gourguillon :  est une voie publique des pentes de la colline de Fourvière

 

Buvetier : Personne qui tient une buvette, un cabaret.

 

La révolte des deux sous, à Lyon (France), en 1786, est une insurrection des ouvriers de la soie, prémices de la Révolte des canuts de 1831.

Elle oppose, d'un côté le Consulat et les marchands en soie surnommés "soyeux", et de l'autre les ouvriers tisserands surnommés "canuts, réclamant une hausse des tarifs de certaines étoffes.

 

Un reglaneur de pelosses : Un mendiant

 

Une Cadolle : Petite hutte dans les champs, par extension un modeste logement.

 

Les navets : On nommait ainsi méchamment les tisseurs en raison de la couleur de leur visage, oscillant entre le blanc  et le jaune

 

 

La lecture de l'ouvrage " Au-dessus des regrets " de Xavier Raynal m'a

inspiré ce poème.

 

https://au-dessus-des-regrets.fr/au-dessus-des-regrets-xavier-raynal/


07/09/2022
4 Poster un commentaire

COMME UN OISEAU

 

Pour Morgan  notre petit-fils.

 

Il fut un enfant sage, notre petit professeur,

 Il tutoie les nuages et fait battre nos coeurs.

Du haut de ses 7 ans  il rêvait de voler ,

Ses ailes de courage et sa tenacité,

Du mérite d'honneur le voilà breveté.

 

Martine

 

 

 

 


20/08/2022
3 Poster un commentaire

KARL

01-2011_point_de_vue_by_kl_1

 

 

KARL

 

Enfant d'un monde perdu aux airs de gentilhomme,

De soie, déjà vêtu, même haut comme trois pommes,

Au manoir familial il trône, hôte royal,

Revenant et doté d'une mémoire abyssale.

 

 

De la cour Frédéric où siège parfois Voltaire,

Preuve de mille éclats et baignée de lumière,

Il voudra l'harmonie du décor au vêtement,

Poudrant au jour le jour sa vie de raffinement.

 

 

On le disait Kaiser, il se voulut Seigneur,

Migrant de Notre Dame il fuit le spectre horreur,

Maître de novations, parade au Café Flore,

De cinglants mots d'esprit il est conquistador.

 

 

Homme de culture au destin peu commun,

Il oeuvrait pour les autres sans leur tendre la main,

Attachant, inquiétant, mystérieux et distant,

Il tissait en nuances en bâtissant le temps.

 

 

Amis puis rivaux aux destins se croisant,

Un diable de dandy deviendra leur pendant,

De la Griffe au Prolixe qui fût le plus  doué ?

La passion et  l'amour les a tous deux brisés.

 

 

Sublimant la beauté tout au long des années,

Sa sensibilité  distillait liberté,

L'univers  de la mode a perdu un géant,

Qui d'un coup de crayon jouait comme un enfant.

 

Martine

 

le 22 Mai 2022

 

 

 

 

https://www.blog4ever.com/manager/articles/composer/13041926


22/05/2022
4 Poster un commentaire

PRIERE POUR LA PAIX

 

 

 

Tant de lumière dans les yeux,

Tant de peine pour dire adieu.

 

Tant d'images de bonté,

Tant de prières et de pensées.

 

Tant de foi et d'espérance,

Tant de ferveur , de bienveillance.

 

Que vous soyez croyants ou non,

Ensemble pour la paix, prions !

 

 

Martine

 

 

Cette vidéo m'a beaucoup émue. Je me revois à l'âge de 7 ans, subjuguée devant

mon premier film au cinéma : Bernadette Soubirous.

 

Un souvenir éternel.

 

 


08/04/2022
2 Poster un commentaire

L'ECOCIRQUE - ANDRE-JOSEPH BOUGLIONE

 

 

Holopoéte  du cirque, il mène le combat,

 Pour que baleines bleues, tigres et bélugas,

Délivrés de leurs cages, du labeur quotidien,

Cessent d'être victimes d'un profit abyssin

 

 

De circus à  New York au cirque Bouglione,

Le clown Francesco numéros collectionne,

Déguisé et grimé, acrobate et jongleur,

De rires et d'émotions il est notre cueilleur.

 

 

Elle contrôle son geste entourant cible humaine,

Sur la roue de la mort le voilà ligoté,

Moult  lames aiguisées, tourbillonnent, aériennes,

Couteaux torches enflammés, parfois les yeux bandés,

Elle partage avec lui une drôle d'intimité.

 

 

Golos multicolores, totem des Markin,

Prouesses d'équilibre sur leurs perches d'union,

Existences liées  ils plantent le fanion,

Où force et fragile s'épousent à l'unisson.

 

 

Demi-dieu de la scène, sa force herculéenne,

Peut vaincre le géant et dompter le taureau,

Il a vitalité que son nom lui confère,

Un seul de ses poing provoque le chaos.

 

 

Lanceur de diabolos en notes cadencées,

Que du prénom d'Agile il soit rebaptisé.

Carrousel de bobines et baguettes reliées,

Virevoltent  dans les airs en toute liberté,

Pour dessiner figures, bowling, plié-lancer.

 

 

Voltigeurs du ciel, auréolés de grâce,

Ils maîtrisent l'espace avant le volte-face,

Nos yeux émerveillés mais  le souffle coupé,

Par leur suprématie nous voilà  subjugués.

 

 

Nouveau chemin de vie pour Agathe l'écuyère,

Elle a voulu dire non  au cirque délétère,

Silhouette diaphane entourée du cerceau,

Elle rêve tout là-haut au repos des chevaux.

 

 

Saxophone et clavier, guitares  et batterie,

De chaque numéro orchestrent Symphonie,

De la douceur au rythme ils décorent le son,

 Et d'accords en  arpèges naissent les sensations.

 

 

Voyage dans l'espace et dans les fonds marins,

Ce sont deux heures de rêve où l'on oublie demain,

La magie de l'enfance, le goût du merveilleux,

C'est le bonheur du jour d'où l'on sort tout joyeux.

 

 

Martine


04/04/2022
1 Poster un commentaire

L'UKRAINE PEUPLE COURAGE

flag-of-ukraine

 

En écrasant l'humain pour planter sa bannière,

Poutine tue liberté , abolit les frontières,

Il parle avec ses chars pour voler territoires,

Ecrasant de sa botte l'Europe et son histoire.

 

 

 La guerre  asservissant dans passé et présent

Baptise les vainqueurs du nom de conquérants,

Ils  massacrent, bombardent, hôpitaux, bâtiments

Ceux là même qu'hier ils appelaient parents.

 

 

Un triptyque d'autocrates redessine les cartes,

Leurs mégalomanies tutoyant tous les cieux,

Celui-ci spectateur, gomme peu à peu la charte,

Libérant de l'espace à l'empire du milieu.

 

 

L'amère réalité c'est l'horreur de la guerre,

La cohorte de morts devenue statistique,

L'humanité malade de ses peuples apathiques,

De stupeur s'est figée comme blocs de pierre.

 

 

Pour fuir les exactions et préserver leurs vies,

Les femmes et leurs enfants avancent vers l'exode,

Une intense prière s'élève de Sainte Sophie,

Pour faire taire les armes de par les antipodes.

 

 

Mais l'union des nations a élevé le ton,

Elle brandit le fanion, applique les sanctions,

L'ours soudain solitaire, sorti de sa tanière,

Va devoir annihiler sa doctrine délétère.

 

 

Alors bientôt peut-être et pourquoi pas demain,

La ronde des humains se prendra par la main,

Pour éteindre le feu, assourdir le tonnerre,

 

Et  de la paix sur terre bâtira l'acrotère.

 

Martine

 


13/03/2022
2 Poster un commentaire

DES LARMES POUR L'AFGHANISTAN

 

DES LARMES POUR L'AFGHANISTAN 

 

 

 

Les maîtres de Kaboul, controlent sans diriger,

Un état sans élite qui vient de s'effondrer,

La charia et ses dogmes annonent  en verbatim,

La loi à respecter ou mourir en victime.

 

Les chants et les slogans, diktats des talibans,

Bafouent modernité pour remonter le temps.

 

 

Coiffés de turbans noirs, couleur du désespoir,

Fouets,  lapidations , offices de prétoires,

Jeunes guérilléros, moutons d'une chefferie,

Violent les droits de l'homme à travers le pays.

 

Ils répriment le vice encensant la vertu,

Drapés de l'ignorance comme unique institut.

 

 

La voilà de retour cette armée des ténébres,

Qui interdit aux femmes de sortir sans mahram,

Pour toute la jeunesse, chaque jour est un drame,

Pour la démocratie une oraison funébre.

 

Martine

 

 

 

 

le 17/09/2021

 

 

 

 

 

 

 


17/09/2021
5 Poster un commentaire