Bienvenue dans mon Univers

Bienvenue dans mon Univers

BORIS CYRULNIK


Dans la plupart des cultures, on est coupable d'être une victime

Il faut avoir une part de délire, c'est la poésie, c'est l'incertitude, c'est l'hésitation, c'est le trouble, et c'est la source de la créativité.

L'amour est une surprise qui nous arrache à l'insipide, l'attachement est un lien qui se tisse au quotidien

L'amour n'est pas un lien, c'est une révélation.

L'aventure humaine, c'est de se poser des questions, d'explorer et de chercher.

L'écriture, que ce soit l'écriture réelle ou l'écriture psychologique, c'est une manière, c'est un moyen, une arme pour reprendre en main son destin.

La pensée paresseuse, c'est la récitation. Si vous voulez être bien, si vous voulez dormir, si vous voulez être tranquille... récitez. Si vous voulez penser, là, vous aurez des insomnies. La pensée paresseuse, c'est la certitude.

Le bonheur est contagieux et le malheur aussi est contagieux.

Les terroristes impliqués dans les attentats de New York avaient été des enfants bien élevés, bien développés, diplômés, mais n'avaient pas appris qu'il existe d'autres manières d'être humain que la leur.

Maintenant que le génome est à peu près décrypté, on découvre avec étonnement que les hommes ont pratiquement le même génome que les vers de terre; les vers de terre sont vexés!

Moins on a de connaissances, plus on a de convictions.

Nous devrions réfléchir un peu plus à la manière dont nous avons peur aussi de nos enfants tout en vivant dans une culture qui prétend toujours les protéger.

Nous passons notre vie à nous tricoter.

On méprise tellement la nature qu'on est en train de la détruire, et si on détruit la nature, on partira avec elle.

On peut découvrir en soi, et autour de soi, les moyens qui permettent de revenir à la vie et d'aller de l'avant tout en gardant la mémoire de sa blessure







09/09/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres