Bienvenue dans mon Univers

Bienvenue dans mon Univers

LA MAUVAISE RENCONTRE - PHILIPPE GRIMBERT

  

Philippe Grimbert est un auteur à succès et un psychanalyste Lacanien. C'est-à-dire qu'il concilie deux concepts rarement réunis : la popularité et le discours Lacanien.
Dans son dernier roman, « La mauvaise rencontre », (première parution depuis « Le secret », Grasset, 2004), l'auteur développe à nouveau ses thèmes de prédilection : les relations humaines, les non-dits et la maladie mentale.

Jacques Lacan fait son apparition sous le pseudonyme du « Professeur Psychopompe ». Sans être nommé, il est cependant facilement identifiable par son charisme qui en fait presque un gourou…

L'histoire retrace l'enfance puis l'adolescence de deux garçons au cours des années 1950 à 1970.
Leur amitié indéfectible n'est pas banale, elle est exclusive et dégage un certain malaise.
Au cours de son adolescence, le narrateur, attiré par la psychanalyse, bascule du côté du Professeur Psychopompe ; son ami, en partenaire indéfectible, bascule lui, dans la folie.
Les deux héros, curieusement, ne sont entourés que de personnages féminins. De leurs pères respectifs, on ne sait rien, est-ce là l'incontournable forclusion du nom du père ?
Au fil des pages, la folie devient oppressante. Le narrateur, en disciple appliqué de Lacan, choisit le face-à-face, sans cadre, en séance très longues (sa seule fantaisie par rapport au maître), pour sauver son ami.

Sans dévoiler la fin de l'histoire, on peut dire que le succès thérapeutique est à la mesure des moyens employés…

On a envie de crier au narrateur, à travers l'encre noire et les pages du livre : la chlorpromazine existe depuis 1952 !
Le CPOA accueille toutes les urgences psychiatriques de Paris depuis 1967 !
Malheureusement pour le psychiatre, mais avec suspens pour le lecteur, notre courageux narrateur reste cramponné à une analyse rigoureuse du discours et une traque méthodique des signifiants…


La maxime finale de cette histoire pourrait être que 40 ans après les Séminaires du maître, sa théorie féconde donne encore naissance à de jolis romans mais pas à une illustration clinique aussi efficace qu'un bon neuroleptique




11/06/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres