Bienvenue dans mon Univers

Bienvenue dans mon Univers

LA REVOLTE DES OVALISTES A LYON EN JUIN ET JUILLET 1869

N°30-Révolte-Ovalistes_-211x300

Auteurs du numéro : Éva Thiébaud & Nathalie Vessillier
Date de sortie : juin2017
ISSN : 2428–744X
Nombre de pages : 12 pages
Prix de vente : 3€
Format : A4

 


Résumé : Un mouvement de révolte peu connu, celui de la grève des Ovalistes, en juin 1869.


(« l’ovale », ici ce n’est pas le drôle ballon avec lequel jouent des costauds, mais une pièce du moulinage)


Alors que l’histoire de la mobilisation des Canuts est célèbre, celle de ces ouvrières de la soie à Lyon est tombé presque dans l’oubli.


Ces femmes illettrées trimaient douze heures par jour pour un salaire quotidien de 1,40 franc.


En quelques jours, entre 1 000 et 1 800 Ovalistes décident d’arrêter le travail, tiennent des assemblées générales, défilent dans la rue. Elles réclament deux heures de travail en moins et un salaire équivalent à celui des hommes : 2 francs.


Un mouvement de solidarité se met en place, avec une caisse de secours, puis le soutien de la section locale de l’association internationale des travailleurs (AIT – 1ère internationale, cofondée par Karl Marx).

 

Bakounine sera désigné pour les représenter au 4e congrès de l’AIT.


Une salle municipale du 1er arrondissement de Lyon, la salle des Ovalistes, rappelle leur combat.

 

Cette BD s’appuie sur des faits historiques relatés par l’historienne Claire Auzias et la professeure de psychologie sociale Annik Houel dans leur livre de 1982 « La grève des Ovalistes ».

 

Un grand merci à elles pour leur relecture historique.

 

Nathalie Vessillier

 

 

Née en région lyonnaise en 1984, Nathalie décide assez tôt qu’elle fera de la BD et intègre après le bac l’école émile Cohl. Une fois son diplôme en poche elle travaille pendant quelques années comme graphiste dans plusieurs agences et régies publicitaires.

En 2009 l’appel du crayon se fait plus fort et elle se lance
en indépendante. Après avoir illustré pour des magazines à
l’international, elle participe à des expositions aux USA et rejoint l’atelier One Shot.

À la même période, elle rencontre le scénariste Lylian, avec qui elle monte plusieurs projets BD dont une adaptation personnelle et poétique du conte de Blanche Neige chez Delcourt en 2016. Le duo travaille actuellement sur plusieurs nouveaux projets…

 


www.myev-art.com

 

Éva Thiébaud

 

Journaliste économique et sociale particulièrement intéressée par les questions de travail et d’emploi, Eva Thiébaud publie dans la presse lyonnaise et nationale.

 

Elle a co-fondé le collectif de journalistes Porte-Voix.

 

Amatrice de BD et féministe,ce numéro des Rues de Lyon lui a permis de réunir toutes ses lubies.

 

------------------------------

 

 

 

Ovalistes-COUV1

 

 

Préface de Michelle Perrot

 

Cette grève des ovalistes, réputée première grande grève de femmes ouvrières en France, est exemplaire des enjeux qui traversent l’histoire des femmes et l’histoire de la classe ouvrière, deux histoires rarement menées sur la même ligne de front, et dont la confiscation de la parole des femmes est le symbole.

 

 

Juin 1869 : 1 800 femmes sortent de leurs ateliers lyonnais et se mettent spontanément en grève. Elles sortent aussi leurs malles puisque leur lieu de travail est aussi leur lieu de vie, et si c’est cette spectaculaire occupation de la rue qui est mise en avant par la presse, ce n’est pourtant pas ce que les militants ouvriers qui vont s’intéresser (enfin) à elles vont retenir.

 

 

Après plusieurs semaines de grève, possible grâce à la caisse de solidarité de l’AIT (Association internationale des travailleurs) leur adhésion, demandée en retour à cette AIT va être l’enjeu des rivalités toutes masculines en son sein entre courants marxiste et anarchiste.

 

C’est le courant anarchiste bien implanté à Lyon autour de la figure de Bakounine qui va l’emporter : il va être le représentant au crucial Congrès de Bâle, en septembre 1869, des 8 000 ouvrières qui ont adhéré.


Claire Auzias a fait des études de sociologie et d’histoire à l’université Lyon 2.

 

Elle a consacré ses travaux à l’histoire de l’anarchisme, des femmes et du féminisme, et des Roms.

 

Chacune de ces thématiques a donné lieu à des publications. Elle a dirigé les éditions Egrégores et actuellement termine une histoire sociale de Mai 68 à Lyon à paraître en 2017.

 

 

 

Annik Houel a été professeure de psychologie sociale à Lyon 2.

 

Elle est membre d’un centre d’enseignements et de recherches féministes, le CLEF, rebaptisé Centre Louise Labé, ainsi que du CA de l’ANEF, qui milite pour la reconnaissance des études féministes dans la recherche et à l’université.

 

Elle a publié divers ouvrages dont le dernier, Rivalités féminines au travail, L’influence de la relation mère-fille, a été édité en 2014 chez Odile Jacob.

 

Première édition : Payot, Paris, 1982

 



21/05/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres