Bienvenue dans mon Univers

Bienvenue dans mon Univers

LE MONT RUSHMORE ET CRAZY HORSE



Pour la génération qui l'a vu naître, le mont Rushmore était le symbole de l'optimisme américain après le triomphe de la Première Guerre mondiale. Pour beaucoup de ceux qui ont grandi dans les années 1950 et 1960, il était devenu un symbole des voyages en famille. Et pour les Indiens d'Amérique de toutes générations, c'est un symbole complexe de traités brisés et de perte.

Conçues en 1924 par le sculpteur dano-américain Gutzon Borglum, les grandes sculptures sur le mont Rushmore devaient être le '« sanctuaire de la démocratie »' qui utiliserait les images des présidents' pour retracer l'histoire du pays', depuis sa naissance (Washington) en passant par le début de sa croissance (Jefferson), la préservation (Lincoln) et le solide développement au 20e siècle (Teddy Roosevelt). Les travaux sur le monument ont commencé le 4 octobre 1927, et se sont terminé 14 ans plus tard, le 31 octobre 1941. Une fois la poussière de granit envolée, le mont Rushmore fut transformé à jamais, avec quatre énormes visages hauts de six étages regardant fixement les Black Hills.

Bien que l'Amérique ait salué la grande réussite de Borglum (achevée par le fils du sculpteur, Lincoln, après la mort de son père), le travail représenta un camouflet pour le peuple des Lakota du Dakota du Sud, pour qui Paha Sapa (les Black Hills) était un lieu sacré très présent dans leurs récits de la création. Un traité de 1868 avait octroyé les titres de propriété de la terre aux Sioux « à perpétuité », mais leur possession ne dura que six ans. Quand de l'or fut découvert dans la région, le gouvernement américain reprit la terre. En 1876, lorsque le gouvernement ordonna à tous les groupes Lakota de rejoindre les réserves, les grands chefs Crazy Horse, Sitting Bull et Gall organisèrent une résistance qui finit par détruire le septième de cavalerie lors du dernier combat de George Custer à Little Bighorn. Mais la victoire des Sioux fut de courte durée; en moins de deux ans Crazy Horse était mort, et leur sort était scellé.

En 1939, tandis que les visages des présidents émergeaient du granite, les Sioux commencèrent à planifier leur propre monument, invitant le sculpteur natif de Boston Korczak Ziolkowski à tailler l'image de Crazy Horse dans une autre montagne des Black Hills, à 28 km au sud-ouest du mont Rushmore. Les travaux débutèrent finalement en 1947 selon l'ambitieux projet de Ziolkowski. Contrairement aux sculptures sur le mont Rushmore, qui sont creusées dans un seul côté d'un pic, celle de Crazy Horse serait en ronde-bosse, le grand chef assis à califourchon sur un cheval, le bras tendu. Le monument serait également massif, mesurant 172 m de haut et 195 m de long, éclipsant tout à fait Rushmore. (Son bras seul est plus long qu'un terrain de football.)

Une telle entreprise demande du temps et des efforts. Après la mort de Ziolkowski en 1982, sa famille continua son travail. Aujourd'hui, avec plusieurs millions de tonnes de roche retirée de la montagne, la tête de Crazy Horse, le bras et le haut de la tête de son cheval sont dans différents états d'achèvement de construction. Une date d'achèvement est impossible à prédire, mais, comme le dit la devise du projet : "n'oubliez jamais vos rêves."




17/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres