Bienvenue dans mon Univers

Bienvenue dans mon Univers

LE MYSTERIEUX DANIEL TAMMET



Le nom de Daniel Tammet vous dit il quelque chose ? Il est fort probable que vous ne connaissiez même pas son patronyme, et pourtant, cette personne est synonyme de génie pour la communauté scientifique.

Agé d'une trentaine année, Daniel Tammet est en effet un prodige dans le domaine de la mémorisation, et ce, malgré le fait d''être atteint d'une forme particulière d'autisme : le syndrome d'asperger.

Cette forme particulière d'autisme se caractérise par une hypersensibilité à certains bruits ou aliments, une élocution très particulière et une certaine accoutumance aux tâches répétitives.
Loin d'avoir été handicapé par cette tare, Daniel Tammet en a fait un atout qui fait trembler la sacrosainte terre scientifique qui s'intéresse de près ou de loin aux capacités du cerveau.

Pèle mêle, voici quelques exemples de ses capacités, sans doute intarissables :

Il énumère de mémoire les 22514 premières décimales du nombre « pi », multiplie et élève à la puissance des grands nombres, et développe aussi manifestement des compétences techniques particulières. (il est champion de rubik's cube)

Enfin, et c'est peut être ce qui nous fait le plus rêver, il est réputé pour assimiler les langues avec une rapidité surprenante : songez qu'il en parle couramment 10, dont 2 (le français et l'islandais) ont été apprises lors de séjours de seulement 10 jours !

Mais quel est donc le secret de ce phénomène vivant ? En fait, Daniel Tammet n'effectue pas mentalement les calculs, mais affirme voir les solutions se dessiner dans son esprit sous formes de paysage, faculté joliment appelée « synesthésie ».

Si nous avons tous quelques souvenirs de phrases ou de moyens mnémotechniques pour nous faciliter la tâche lors des fastidieux travaux de mémorisation, rares sont ceux d'entre nous qui sont capables de mettre en relation mentalement chiffres et paysages, de façon aussi cohérente.

Daniel Tammet ouvre donc des portes à la communauté scientifique, et nous permettra peut être un jour de découvrir la face cachée de notre cerveau, dont nous n'exploitons peut être qu'une infime partie des ressources, ce qui poserait inévitablement la question suivante : sommes nous conditionnés à n'utiliser que cette partie de notre encéphale, comme la partie émergée d'un iceberg ?

Bien sûr, notre sujet a déjà invité à de nombreuses reprises dans des émissions de télévision, et il serait profondément indigne qu'on en fasse une « bête de foire », car comme il le résume si bien lui même « l'important n'est pas de vivre de vivre comme les autres, mais parmi les autres »...


<>


20/07/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres