Bienvenue dans mon Univers

Bienvenue dans mon Univers

LES MAUVAIS GONES

Portrait de l'organisateur.jpg

Arnaud Thomas peint par Valérie

1er essai acrylique sur bâche PVC 1m x 1m -

 

 

 

 

Je suis très fière de vous annoncer que ma fille, Valérie, participera cette année au  Festival « Les mauvais gones », un rendez-vous annuel cinématographique unique en France et 100% lyonnais, orchestré de mains de maître par  Arnaud Thomas, un Mauvais Gone passionné de cinéma et plus particulièrement de films sur les gangsters.

Partenaires, mécènes, acteurs, réalisateurs, personnalités hors du commun ... et pour Valérie  ses pinceaux !

 

Riche idée que celle  d’un festival cinématographie, entièrement dédié  aux voyous du grand écran qui ont toujours été source de fantasmes et moteurs de grand films :  ainsi comme la  première édition  avait  rencontré un franc succès ( 800 entrées en trois soirs et une grande satisfaction du public présent) : le festival « Les Mauvais Gones » revient à l’UGC Ciné Cité Confluence, à Lyon les 3/ 4 et 5 Avril 2019

Le concept : reprogrammer des films cultes de gangsters, en théâtralisant la projection .

Je vous invite  à faire un petit tour sur sa page facebook  :  https://www.facebook.com/valartworks

 

A admirer avec moi quelques-uns de ses tableaux :

 

15181439_989973424440746_7256420241878422028_n.jpg

 

 

 

14724618_949281948509894_2734239821614805189_n.jpg

15665615_1009518689152886_1141352784752358005_n.jpg
 
23622356_1295171127254306_888586703879547957_n.jpg
 
15940727_1024086257696129_5539938355077508642_n.jpg
 
22366731_1259461430825276_5014145978411486573_n.jpg
 
14900610_971270302977725_3577157636653032513_n.jpg
 
Mr Paul.jpg
 
15697533_1012277848876970_1628644530021839206_n.jpg
 
Ou encore à lire une  poésie que j'ai écrite pour rendre hommage à son talent :
 

vieil homme.jpg

A Ma Fille

 

Une mine de crayon noir raconte notre histoire,

Grand-mère et petite fille ont le génie de l'Art,

Je la revois enfant, sachant à peine s'asseoir,

Mélangeant les couleurs devant son écritoire.

Pouvant  rester des heures dessinant l'infini,

Coloriant le soleil pour allumer la vie.

 

Je revisite alors mes plus jeunes années,

Cahiers de poésies par ma mère illustrés,

Exaltée de fierté devant les compliments,

Adressés  à l'artiste et reçus par l'enfant.

 

Les dessins, les figures qualifient de mature,

Cette  petite fille sage qui croque la nature,

Mille traits de fusain écorchant le  grammage,

Au fil des saisons se commuent en images.

 

Elle partira un jour pour étudier le  beau,

Au temple ou bustes et plâtres traquent les amateurs,

Douée de mimésis elle verra sonner l'heure,

Où sculptures  et peintures la vêtiront d'un sceau.

 

 Ses tableaux nous renvoient à son ontologie,

Ses œuvres tout à la fois bavardes et cachottières,

De ce monde imparfait trace calligraphie,

Ou masque sa pensée, intime et  étrangère.

 

La lumière et l'obscur, la couleur et le sombre,

Reflètent l'expression de mille émotions,

L'immanent de l'ouvrage transcende en dimension,

 Cette jeune portraitiste dont je deviendrai l'ombre.

 

Vous dire comment ce don a traversé  les ans,

C'est parler d'un mystère dont j'ignore les tenants,

Tout comme la poésie laisse aux mots la parole,

Il égrène le temps, distribue les oboles,

Et devant ses croquis vous peindre ma fierté,

Ravirait à mes jours plus que l'éternité.

 

Le jour ou le sommeil endormira mes yeux,

Chaque jour, pour toujours  et du plus haut des cieux,

Je la contemplerai  devant son chevalet,

Le murmure de mon souffle deviendra vibration,

Pour réchauffer son  être de mon admiration.

 

Martine



21/01/2019
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres