Bienvenue dans mon Univers

Bienvenue dans mon Univers

LES MYSTERES DU SOMMEIL

<

Les mystères du sommeil: l'Insomnie Fatale Familiale -

Les mécanismes et les rôles exacts du sommeil sont encore aujourd'hui mal connus par les scientifiques. Malgré tout, il semble évident qu'il soit essentiel à notre survie comme nous allons pouvoir le voir au travers d'une maladie, heureusement rarissime, appelée syndrome de l'insomnie fatale familiale.

Sylvano est un patient qui a été hospitalisé en 1984 à la clinique de l'université de Bologne dirigée par le Professeur Elio Lugaresi suite à une insomnie qui perdurait depuis plusieurs mois.
En effet, Sylvano s'était retrouvé à l'âge de 51 ans complétement incapable de trouver le sommeil.

Les études sur ce patient ont montré qu'il souffrait de troubles importants de la coordination motrice et qu'il était sans arrêt sous l'emprise de spasmes musculaires qui témoignaient qu'il était incapable de tomber en phase de sommeil profond. De plus, il présentait es troubles de la conscience et une activité onirique dissociée (mimer ses rêves).
Finalement, 4 mois après son hospitalisation, Sylvano tomba dans le coma et ne se réveilla jamais...

Ce cas montra à la communauté scientifique qu'il était possible de mourir des suites d'une privation totale de sommeil. Néanmoins, à l'époque, les médecins restèrent dans l'ignorance face à cette maladie qui n'était alors connue de personne.

C'est en cherchant dans les antécédents familiaux de ce malade que les médecins se rendirent compte que de nombreux ancêtres étaient morts de façon inexplicable. Ceci suggérait donc une origine génétique à cette mystérieuse maladie.
Ces soupçons furent confirmés lorsque les descendants de ce patient se mirent à mourir de façon similaire.

Mais ne s'arrêtant pas à cette simple constatation, le cerveau de Sylvano fut ensuite analysé. Il fut alors découvert de nombreuses lésions au niveau du thalamus. Ce dernier est une structure responsable du relais de l'information envoyée au cortex, mais est aussi indispensable au sommeil en relayant le message de celui-ci entre le tronc cérébral et le cortex.
Des études plus récentes ont mis davantage en évidence ces altérations au niveau du thalamus. Ce phénomène causé par une protéine anormale est appelée dégénérescence spongiforme et est également retrouvé dans des maladies comme celle de Kreutzer Jacob.


Parallèlement à cela, d'autres études ont eu lieu afin de mieux cerner les mécanismes du sommeil.
Ainsi, cinq stades différent ont été dénombrées : les deux premiers correspondent à la phase d'endormissement et de sommeil léger. Leur succède ensuite le stade du sommeil profond ou sommeil lent, que l'on nomme stade 3 et 4. Durant cette phase, le cerveau a une faible activité.
Enfin, la dernière phase est appelée le sommeil paradoxale. Durant celui-ci, le cerveau reprend une activité intense accompagnée par des mouvements oculaires rapides alors que le reste du corps reste inanimé.
En dehors de la pathologie, ces différents cycles se reproduisent plusieurs fois par nuit.

James De Jongh s'est porté volontaire pour participer à une expérience durant laquelle il se retrouva privé de sommeil durant trois nuits consécutives, à l'instar de certaines techniques d'interrogatoires pratiquées par l'armée.
On apprend ainsi durant cette partie du reportage que le signal indiquant au cerveau qu'il est temps de s'endormir correspond à un certain seuil d'accumulation d'une molécule appelée adénosine.
Ainsi, après seulement une nuit de privation, James De Jongh se retrouve avec un niveau en constante augmentation de cette substance entrainant un besoin de plus en plus important de dormir.
De plus, l'activité cérébrale, après seulement 24h, diminue de manière importante, ce qui entraine une plus grande difficulté à organiser ses pensées et modifie la perception que l'on a de notre environnement.

Au-delà de ce temps, c'est-à-dire au bout de quatre jours, l'organisme développe une résistance à l'insuline causant ainsi un diabète, ainsi qu'une baisse des lymphocytes (globules blancs) entrainant sur le long terme la vulnérabilité à de nombreuses infections conduisant vers le décès.

Pour conclure, nous avons vu à quel point le sommeil était important dans le maintien de notre vie. De plus, une recherche tendrait à montrer que ce moment serait indispensable pour que l'organisme puisse se régénérer en synthétisant les protéines qu'il a besoin pour son bon fonctionnement.
Néanmoins, nos connaissances sur ce sujet restent toujours très minces et il y a fort à parier pour que de nombreuses découvertes futures nous permettront de mieux appréhender les différents rôles et mécanismes du sommeil, et qui sait... peut-être un jour apporter un traitement contre l'insomnie fatale familiale.



17/12/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres