Bienvenue dans mon Univers

Bienvenue dans mon Univers

LES TRABOULES LYONNAISES


Les traboules sont des voies réservées aux piétons, souvent étroites, débutant par un couloir d’entrée et traversant un ou plusieurs bâtiments pour relier une rue à une autre, alors qu’un passage urbain est une rue également piétonne, couverte ou non mais situé entre les immeubles (ce peut être une galerie ou une ruelle).
 
Mais le saviez-vous ?
 
Il est impossible de dater l’apparition des premières traboules. On sait seulement que les habitants de Lugdunum, au 4ème siècle, à la veille de l’effondrement de l’empire romain d’Occident, se virent dans l’obligation de se réfugier au bord de la Saône car les aqueducs ne fonctionnaient plus, en bas d’une colline qu’on appellera plus tard Fourvière. Les premières maisons construites de chaque côté des deux longues rues parallèles comportait probablement des passages conduisant de l’une à l’autre, et à la Saône ; elles étaient donc dotées de traboules.
 Un puits commun, cour des Demeures, a conféré une importance aux premières traboules. Dans certains cas on pouvait accéder au puits soit par l’appartement du  rez-de-chaussée soit par le couloir. On peut aussi remarquer que quelques  traboules peuvent avoir deux entrées différentes, une entrée noble et une entrée de service, par exemple la traboule 24, rue St Jean, autour de la place Bellecour. A la Croix-Rousse en revanche, les traboules sont issues de la construction des immeubles de canut.
 
Le saviez-vous aussi ?
 
Amable Audin, archéologue et historien lyonnais, affirmait que le mot traboule viendrait du latin « trans-ambulare » (« trans » signifiant « à travers » et « ambulare » signifiant « marcher » ou « parcourir ») ; donc passer à travers. Il évoque tout à la fois un trajet raccourci et une idée de débrouillardise dans la connaissance des lieux.
Quoi qu’il en soit, le mot « traboule » est uniquement lyonnais. Le premier à l’utiliser fut Nizier du Puitspelu, dans un journal, publié en 1894. En fait il ne cita que le verbe trabouler, puisque pour lui ce mot ne s’employait que dans l’expression « une allée qui traboule, une allée qui traverse ». Le verbe trabouler vient de « tra » (trans.) et de « bouler » (rouler). Avant on pouvait « trabouler » de la place Comédie jusqu’à la rue Belle-Cordière.
 
traboule
 
(Vous voulez en savoir plus ? Consultez www.lyontraboules.net)



14/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres