Bienvenue dans mon Univers

Bienvenue dans mon Univers

LISTES UTILES POUR LES GENEALOGISTES

main_image_compagnons-liberation.png

Liste des compagnons de la libération :

Mille trente-huit personnes, cinq communes et dix-huit unités combattantes ont été nommées compagnons de la Libération car elles se sont « signalées dans l'œuvre de libération de la France et de son Empire durant la Seconde Guerre mondiale. Parmi ces 1 038 compagnons, 271 l'ont été à titre posthume, soixante n'étaient pas Français au moment d'être nommés et six sont des femmes.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_compagnons_de_la_Lib%C3%A9ration#N

 

Mont-Valerien-Haut-lieu-de-la-memoire-nationale-Memorial-de-la-France-combattante-630x405-C-Mont-Valerien.jpg

Liste des fusillés du Mont Valérien

Les fusillés du Mont Valérien sont plus d'un millier d'otages et de résistants fusillés par l'occupant allemand dans la forteresse du Mont-Valérien au cours de la Seconde Guerre mondiale.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fusill%C3%A9s_du_Mont_Val%C3%A9rien#Liste_de_fusill%C3%A9s

 

Base des déportés 1939-1945

http://www.memorialgenweb.org/memorial3/deportes/index.php

 

 

A l’échelle de la France, les déportés civils de la seconde guerre mondiale ont été nettement  moins nombreux que le million de prisonniers militaires, mais attirent aujourd’hui toute notre attention.

 

On met à présent l’accent  sur l’horreur de l’internement des civils, hors du cadre de la guerre classique, et sur l’extermination abominable des minorités jugées « indésirables »

 

D’autant plus que les camps n’étaient pas les mêmes  que ceux des soldats, les conditions de détention des civils étaient infiniment plus dures que celles des militaires, et la proportion des survivants nettement plus faible.

 

Si l’un de vos parents a péri dans un camp nazi ou bien s’il a disparu à cette période et si la famille a supposé qu’il avait pu connaître ce sort, des recherches sont possibles.

 

Le délai de libre consultation étant de 50 ans, il est possible d’explorer plusieurs fonds aux archives départementales des départements qui vous intéressent, et de ceux où se trouvaient les camps d’internement et de transit vers l’Allemagne.

 

Vous pourrez trouver  des archives des camps, qui contiennent des listes manuscrites de détenus, parfois le motif de l’internement ainsi que le l’indication du camp Allemand ou polonais vers lequel ils ont été envoyé.

 

Les archives des préfectures de police, également déposées aux archives départementales, indiquent les noms et prénoms des personnes arrêtées, la date de leur arrestation, leur date et lieu de naissance, leur nationalité, leur profession, adresse et  situation familiale.

 

 

Mémorial de la Shoah

Environ 76.000 juifs de France ont été déportés pendant la guerre.  Paradoxalement, l’excès administratif du régime les obligeant à s’enregistrer auprès des autorités facilite les recherches pour retrouver le sort d’un disparu.

 

A partir de ces sources, l’avocat Serge Klarsfeld a publié en 1978 un Mémorial des Juifs de France, donnant la liste des convois de déportés partis de Drancy, avec les noms et prénoms des personnes qui ont fait partie de chacun d’eux, leur date et lieu de naissance, leur nationalité et l’indication de leur survie éventuelle.

 

 

En 1994, ce premier ouvrage a été complété  par un Mémorial des enfants juifs de France.

Enfin, en 2005, a été ouvert à Paris (17 rue Geoffroy-l’Asnier –75004 ) un Mémorial de la Shoah regroupant un musée, une bibliothèque de plus de 55.000 ouvrages et u centre de documentation regroupant un million de pièces d’archives et plus de 90.000 photographies.

 

 

Il est possible, sur le site www.memorialdelashoah.org  d’accéder aux noms, prénoms, dates et lieux de naissance.

http://bdi.memorialdelashoah.org/internet/jsp/core/MmsGlobalSearch.jsp?PEGA_HREF_1973698162_0_0_goToPersonSearch=goToPersonSearch

La base de données du Mémorial s’étoffe en permanence de nouvelles informations et de nouvelles archives, y compris privées.

 

Les sources des archives départementales évoquées pour les autres déportés peuvent aussi être explorées.

 

Enfin signalons que les Archives nationales regroupent aussi un certain nombre de documents pouvant servir à l’histoire des familles juives pendant cette douloureuse période : une série F9 consultable sous forme de microfilms et donnant la liste de tous les juifs recensés en région Parisienne ( adultes et enfants) de tous ceux qui ont transités par les camps de Drancy, de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers ainsi que de tous ceux qui ont été fusillés ou arrêtés dans la capitale.

 

Enfin toujours pour Paris vous pouvez aussi vous rendre aux archives de Paris (18 Bd Sérurier- 75019)) pour y consulter le fichier nominatif de tous les  Juifs possédant un commerce ou une entreprise saisie pendant la guerre dans le cadre de « l’aryanisation » forcée de l’économie, ainsi que les jugements postérieurs au21 avril 1945 annulant ces spoliations.

 

Source : Ma généalogie de siècle en siècle – Marie-Odile Mergnac

 

 

 

 



07/05/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 68 autres membres