Bienvenue dans mon Univers

Bienvenue dans mon Univers

UN VACCIN PIRE QUE LE VIRUS



Le vaccin pourrait être plus dangereux que la grippe elle-même


Lors de la grande panique de grippe porcine en 1976, près de 46 millions d'Étasuniens furent vaccinés et 4.000 finirent par obtenir des dommages-intérêts s'élevant à 3,5 milliards de dollars, la plupart pour des problèmes neurologiques et des décès. Mike Wallace a coincé le responsable du Center for Disease Control lors de l'interview « 60 Minutes » qui ne fut montrée qu'une fois et qui ressemblait étrangement à l'attaque de grippe porcine actuelle. Allen L Roland

WASHINGTON (Reuters) - Prétextant dernièrement que le nouveau virus H1N1 (grippe porcine) est « impossible à arrêter, » l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), a donné lundi son feu vert aux fabricants de médicaments pour qu'ils fabriquent un vaccin contre la souche grippale pandémique, et a dit au personnel soignant qu'il devrait être le premier à se faire vacciner.

Selon le ministère de la Santé et les Services Sociaux, le gouvernement fédéral s'engage à acheter pour plus de 800 millions de dollars deux ingrédients essentiels pour fabriquer le vaccin contre la grippe porcine H1N1.

_______________________________


Malheureusement, de nombreux vaccins obligatoires sont souvent des tentatives à peine déguisées pour faire éclore une pandémie afin d'enrichir les caisses des compagnies pharmaceutiques et des sociétés de protection étasuniennes, qui sont parfois les véritables artisans des pandémies de grippe. Cela sembla être le cas pour l'épidémie de grippe porcine de 1976 aux États-Unis. Regardez le jeune Mike Wallace démolir le chef du Center for Disease Control, qui avait préconisé une vaccination pour la totalité des États-Unis tout en admettant qu'il n'y avait aucun cas confirmé de grippe porcine. Plus tard, le 16 décembre 1976, de plus en plus préoccupé par des rapports sur le vaccin concernant des problèmes neurologiques, en particulier le syndrome rare de Guillain-Barré, après avoir vacciné 40 millions de gens contre une grippe qui n'est jamais venue, le gouvernement a suspendu le programme. Fait intéressant, l'interview dévastatrice de Wallace ne fut jamais remontrée et les similitudes avec la flambée actuelle de grippe porcine sont sinistrement similaires.

Documentaire « 60 Minutes » de CBS sur l'épidémie de grippe porcine de 1976 aux États-Unis, diffusé une seule fois le 19 juin 2009 et jamais remontré depuis (vidéo de 15 minutes en anglais avec Mike Wallace).

Par ailleurs, Newsmax.com signale que le nouveau vaccin pourrait être plus dangereux que la grippe porcine. Le vaccin contient du squalène et du gp120, selon un article du 7 juillet 2009 par le Dr Russell Blaylock :

Ce virus continue à être une énigme pour les virologistes. Le numéro de Nature du 30 avril 2009 a cité un virologiste disant : « D'où diable sortent tous ces gènes, nous n'en savons rien. » L'analyse exhaustive du virus montre qu'il contient des gènes du virus H1N1 original de la grippe de 1918, du virus de la grippe aviaire, et deux du nouveau virus H3N2 eurasien. Le débat se poursuit sur la possibilité d'assemblage par génie génétique de ce virus de grippe porcine... Les compagnies pharmaceutiques Baxter et Novartis ont des accords avec l'Organisation Mondiale de la Santé pour produire un vaccin contre la grippe pandémique.

La compagnie Baxter a été impliquée dans deux scandales fatals. Le premier incident a eu lieu en 2006, quand des éléments hémophiles ont été contaminés par le virus VIH et injectés à des dizaines de milliers de gens, dont des milliers d'enfants. Baxter a continué la diffusion du vaccin contaminé par le VIH même après que la contamination ait été connue.

Ce qui est terrifiant, c'est que ces vaccins contiennent des ingrédients appelés adjuvants immunitaires, montrés par un certain nombre d'études à l'origine de désordres auto-immunes dévastateurs, incluant l'arthrite rhumatoïde, la sclérose en plaques et le lupus.

Alors, quelle est cette substance mortelle ? Elle est appelée squalène, un genre de pétrole. La société Chiron, le fabricant du vaccin contre l'anthrax mortel, fabrique un adjuvant appelé MF-59 qui contient les deux principaux ingrédients préoccupants : le squalène et le gp120. Un certain nombre d'études ont montré que le squalène est capable de déclencher tous les désordres auto-immunes ci-dessus quand il est injecté.

Le deuxième incident avec la compagnie Baxter est arrivé récemment, quand on a découvert qu'elle avait diffusé un vaccin contre la grippe saisonnière contenant le virus de la grippe aviaire, ce qui a provoqué une véritable pandémie mondiale dans 18 pays. Heureusement, des laborantins astucieux en République tchèque ont découvert la combinaison mortelle et sonné l'alarme avant qu'une catastrophe ne se déclenche dans le monde entier.

Malgré ces deux événements fatals à cause de Baxter, l'OMS maintient son accord avec elle pour produire le vaccin contre la pandémie mondiale.

Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info


Sources : http://www.alterinfo.net 


NEUF RAISONS DE NE PAS VOUS FAIRE VACCINER CONTRE LA GRIPPE A H1N1



1. La grippe A H1N1 est contagieuse mais resterait sans gravité par rapport à la grippe saisonnière. Au sortir de l'hiver, le bilan en victimes en Nouvelle Zélande ou au Chili est très faible. Sans vaccination.

2. La très respectée Cochrane Collaboration, une ONG de pharmacovigilance indépendante, fait un bilan accablant de l'efficacité ou de la tolérance des vaccins anti-grippaux sur base d'une revue de 40 années d'études : (a) chez les plus de 65 ans, leur effet est particulièrement modeste ; (b) chez les adultes jeunes en bonne santé, il manque des preuves de leur efficacité (c) chez les enfants, les données disponibles ne permettent de vérifier la tolérance des différents types de vaccins ; (d) chez les professionnels de santé, il n'existe pas de preuve crédible que leur vaccination modifie les complications grippales des personnes dont ils ont la charge.

3. Une étude canadienne portant sur 12 millions d'observations aurait abouti à la conclusion provisoire que les gens ayant été vaccinés au cours des deux dernières années contre la grippe présentaient un risque deux fois plus élevé de tomber malade du virus H1N1. En cas de mutation du virus, il se pourrait donc que les personnes vaccinées avec le vaccin H1N1 courent un risque plus élevé de tomber malade.

4. Les nouveaux vaccins H1N1 sont des produits expérimentaux. Ils n'ont pas fait l'objet d'essais cliniques approfondis à long terme. Ni leur efficacité ni leur absence de risques n'ont été prouvées, en particulier vis-à-vis de maladies à évolution lente.

5. Le vaccin en flacons de 10 doses contient du mercure (thiomersal) comme agent conservateur. Le thiomersal est suspecté d'être à l'origine de cas d'autisme. L'Association Américaine des Pédiatres (60.000 membres) a demandé en 1999 qu'il soit retiré des vaccins.

6. Le vaccin contient un additif, le squalène, augmentant très fortement la réponse immunitaire. Bien qu'il soit naturellement présent dans l'organisme et qu'il puisse être ingéré sans problème, le squalène injecté est suspecté d'induire des maladies auto-immunes (ex. sclérose en plaque, sclérose latérale amyotrophique, fibromyalgie) ou différents troubles neurologiques et rhumatismaux.

7. Le squalène dans le vaccin contre l'anthrax est suspecté responsable du Syndrome de la Guerre du Golfe chez plus de 25% des vétérans (avec une nette présence d'anticorps au squalène). La concentration de squalène dans le vaccin H1N1 est largement supérieure. L'utilisation de squalène permet de sousdoser l'antigène et de produire rapidement de plus grandes quantités de vaccins.

8. Selon une régulation européenne du 15/09/09, les fabricants et les médecins qui administreront ce vaccin expérimental pourront être exemptés de toute responsabilité civile. En cas d'effets secondaires liés aux vaccins, vous n'aurez donc pas la possibilité de porter plainte.

9. Enfin, il existe de multiples autres moyens naturels, scientifiquement fondés, pour renforcer votre système immunitaire et prévenir ou limiter les infections et les complications liées à la grippe. Par exemple, les vitamines C, D et E, certains acides aminés, des minéraux, des polyphénols, des huiles essentielles… Le gouvernement néglige son devoir d'informer correctement la population à ce sujet.

Avec l'appui de : dr. E. Beeth, dr. O. Bernard, dr. Q. Blonda, dr. R. Delaunoy, dr. C. Gaublomme, dr. Th. Guilmot, dr. V. Siderova, dr. Th. Schmitz, dr. P. Schnock (liste non exhaustive).



 


30/11/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres