Bienvenue dans mon Univers

Bienvenue dans mon Univers

FETE DES LUMIERES 2010




Foule et ferveur pour la montée à Fourvière




Hier soir, 7 à 8 000 personnes ont pris part à la procession célébrant les origines religieuses de la fête des Lumières sous la forme d'un hommage à Marie

 

Dix-huit heures, hier soir. La place Saint-Jean est noire de monde, mais ceux qui se préparent à entamer la montée jusqu'à Fourvière, sont bien visibles. Des lumignons entre les mains, ils n'attendent plus que l'avancée de la procession, la statue de la vierge Marie en tête, suivie de celle de Saint-Joseph portée par des Sœurs au doux sourire. « Nous appartenons à Saint-Joseph de Montluzin », renseignent-elles.

« C'est mon prêtre de Neuville. Il ne m'a pas vue ! », s'exclame une candidate à l'ascension, tandis que des hommes de foi se placent en tête du cortège. Parmi eux, Monseigneur Barbarin. « Bonne fête. Bonne fête à tous les Lyonnais », glisse-t-il à quelques-uns, le temps de se frayer un chemin, avant de s'adresser à tous. « Qu'y a-t-il de plus simple et de plus merveilleux comme prière que le "Je vous salue Marie" », interroge le cardinal.

Top départ. La montée aux flambeaux est un exercice bien rodé. Des prières et des chants ponctuent la petite heure nécessaire pour gagner Notre-Dame de Fourvière. Tandis que des jeunes de la pastorale portent la croix, d'autres portent la sono indispensable pour obtenir la cohésion de la procession.

« Réjouissons-nous, il ne pleut pas », s'enthousiasme un prêtre. La douceur est en effet exceptionnelle. Elle facilite la marche. « Papa, c'est encore loin ? », questionne cependant une petite voix. L'enfant n'a pas plus de 5 ans. Le père en a deux pratiquement du même format au bout de chaque bras. Les petites jambes souffrent et - pas drôle du tout - les lumignons serrés par les petites mains se sont éteints.

Le cortège est jeune. La messe qui sera dite à 20 heures dans la basilique y est pour quelque chose : elle est réservée aux jeunes. En attendant, rien ne ralentit la marche. Pas même les bonnes odeurs de vin chaud et de crêpes croisées à hauteur de l'auberge de jeunesse, dans la montée déjà escarpée du Chemin-Neuf.

« On a passé une bonne année, alors on est là pour remercier. Et si ça nous fait plaisir de voir tant de touristes, on veut leur dire que la fête des Lumières, c'est aussi la fête de la Vierge », détaille Cécile, jeune maman de la Presqu'île, venue cette année encore avec ses quatre enfants. Il y a aussi des premières fois. Pour voir, pour connaître. « Nous sommes plus habituées à Lourdes, mais nous venons découvrir les fêtes du 8-Décembre à Lyon », explique la responsable de 34 lycéennes d'un établissement privé de Carpentras. Un peu plus tard, on les retrouvera, assises par terre dans la basilique, là encore noire de monde. Les églises désertées, ce n'est pas ici, et ce n'était pas hier soir. « Baudouin, si jamais tu entres, tu réserves un banc », entendait-on dans la foule, entre autres consignes. Plus tard, un groupe de jeunes filles fera tout ce qui est possible pour tenter de pénétrer à l'intérieur. Le cordon qui condamne l'entrée a beau être composé de connaissances, rien n'y fait. Les Journées mondiales de la jeunesse qui se tiendront à Madrid en 2011 étaient, hier, en perspective. Le cardinal mentionnera à plusieurs reprises le rendez-vous qui mobilise déjà les jeunes du diocèse. En attendant, c'était un 8-Décembre de joie et de ferveur, hier soir sur les hauteurs.

Dominique Menvielle





Origine de la fête des Lumières – Fête de l'Immaculée Conception
Le 8 décembre à Lyon

Les illuminations sont liées au culte de la Vierge Marie, dont la colline de Fourvière est le haut-lieu. Chapelle et basilique s'y sont succédées depuis le Moyen Age. Les Lyonnais y implorèrent le secours de Marie dans les calamités publiques et donnèrent une grande solennité à la fête de la naissance de la Vierge, le 8 septembre.

En 1852, on achevait à Lyon la reconstruction du clocher de la vieille chapelle de Fourvière. Au sommet de l'édifice, on avait placé une statue de la Vierge Marie en bronze doré. Elle devait être inaugurée le 8 septembre, mais une inondation dans l'atelier du fondeur retarda la cérémonie au 8 décembre, autre fête de la Vierge : tous les êtres humains, dit la foi catholique, sont marqués, à leur conception, du péché d'Adam. Pourtant les Chrétiens croient que Marie, qui a donné naissance à Jésus, a été préservée de la tache originelle. Ils célèbrent donc, le 8 décembre, l'Immaculée Conception de la Vierge Marie.

Ce jour-là, des feux d'artifice étaient prévus mais une pluie torrentielle s'abattit sur la ville. A la tombée de la nuit, le ciel s'éclaircit et la pluie s'arrêta. « Tout à coup, selon le récit d'un chroniqueur, apparaissent à quelques fenêtres inconnues des lignes de feu… La ville s'était embrasée en un instant. Bientôt, il ne restait plus, sur la vaste étendue des quais, des rues, des passages ignorés et des cours invisibles, aucune fenêtre obscure. Les petits marchands, les clochers, illuminaient leurs baraques, leurs voitures et jusqu'aux bordures des trottoirs… Quelques feux de Bengale s'allumèrent sur les toits de la chapelle de Fourvière, la statue de la Vierge apparaît et la grosse cloche de Saint-Jean, cet éloquent interprète des joies publiques, est lancée à toute volée. A huit heures, la population entière était dans la rue, circulant, paisible, joyeuse et attendrie. On se serrait la main sans se connaître, on chantait des cantiques, on applaudissait, on criait : "Vive Marie !" Les étrangers n'en revenaient pas de leur surprise, et les Lyonnais, tout remplis qu'ils étaient de cette fête improvisée, se demandaient comment, en un instant, une population de trois cent mille âmes avait pu être saisie de la même pensée ».

L'événement éphémère d'une nuit devint institution. On prépara avec soin les illuminations de 1853. Quant à celles de 1854, elles furent un triomphe, car elles coïncidaient avec la proclamation par le Pape Pie IX, à Rome, du dogme de l'Immaculée Conception. Les Lyonnais avaient la fierté des précurseurs.
Depuis, chaque année, le soir du 8 décembre, les Lyonnais illuminent leur ville pour la fête de l'Immaculée Conception
.




 Pour voir quelques vidéos cliquez sur les liens ci-dessous












12/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres