Bienvenue dans mon Univers

Bienvenue dans mon Univers

GRANDS CRIMINELS LYONNAIS

Les Grands Criminels.jpg

Visite guidée : Grands Criminels Lyonnais

 

 

On l’a appelée la Capitale du crime. Lyon dans les années 60 et 70, ce sont des affaires, des bandes, des coups… et des flics qui tombent.

Lyon a-t-elle le crime dans le sang ? Dans une balade au fil de la Presqu’île, Nicolas vous dit tout : les complots de la Renaissance, les anarchistes de l’autoproclamée Belle-Époque, les criminels endurcis comme les assassins du dimanche…

 

Menons l’enquête sur la Cité des gones, en apparence si calme, industrieuse… quelles sombres secrets cache-t-elle sous sa respectabilité de façade ?

 

Préparez-vous à frissonner, à rire, à vous étonner…

 

Réservation sur : Billetterie Grands Criminels

Source : www.histoiresdecalees.com

 

-------------------------

 

 

J’ai assisté, le samedi 12 Janvier 2019, à cette visite guidée  animée par Nicolas Le Breton.

 

Nicolas est un guide passionné, dynamique, plein d’humour. Il  partage ses solides connaissances, enrichies  d'une multitude d'anecdotes.

 

Vous plongez alors  avec lui  dans les bas-fonds du milieu lyonnais et découvrez des personnages singuliers qui ont traversé l’histoire, de l’empereur Caracalla à la Bande à Bonnot, de l’anarchiste Antoine Cyvoct  à  André Olivier et Maxime Frérot la branche lyonnaise d’Action Directe.

 

A l’issue de la visite, souhaitant en savoir un peu plus,  j’ai lu l’ouvrage  de Nicolas : Les Grands criminels lyonnais, paru en 2013 aux Editions Ouest- France.

 

Tant  que la   visite que l'ouvrage m'ont permit d'entrevoir une facette de Lyon. C'est dans l'est et notamment à Lyon que la présence des anarchistes est la plus importante, cela s'explique par la proximité de la Suisse. Dès 1872 il existe deux groupes anarchistes à Lyon, un à la Croix-Rousse fondé par Boriasse et un à la Guillotière.

 

En 1882, un attentat dans la nuit du 22 au 23 octobre contre le café l’Assommoir (en lieu et place du Progrès puis de la Fnac, rue de la République) café fréquenté par la bourgeoisie, fait un mort et 3 blessés. Puis le 24 octobre, une seconde bombe explose à un bureau de recrutement, sans dégât notable. Pour le premier c’est Cyvoct  qui sera accusé et passera en procès en décembre 1883, sera condamné

à mort puis gracié le 22 février 1884 . Il sera déporté au bagne en Nouvelle-Calédonie pendant 14 ans.

 

Plus proche de nous, l'assassinat du juge François Renaud, le 3 Juillet 1975 à Lyon, qui navigue au gré de ses dossiers, aux frontières de la grande criminalité et de la politique.

 

C’est aussi le temps où le proxénète et meurtrier Guy Reynaud est tombé, où « Jeannot » Augé, le juge de paix et patron du SAC est flingué à Lyon-plage, ou  le gang des Lyonnais est démantelé et ou « le petit prince de l’hôtellerie » Yves Marin-Laflèche est retrouvé mort  dans un fossé quelques semaines après son enlèvement.

 

 De toutes ces affaires, au fil du temps,  mêlant criminalité et politique, j'observe, tout comme Thucydide, que " l’ Histoire n’est qu’un éternel recommencement"

 

 

 

Martine



21/01/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres