Bienvenue dans mon Univers

Bienvenue dans mon Univers

LES OUBLIES DE LA REPUBLIQUE

https://static.blog4ever.com/2009/08/342872/Les-Enfants-de-Rue_8073585.jpg

J’ai peur chaque matin d’ouvrir encore les yeux,

Sur la misère du monde et la colère des cieux,

Je rage d’impuissance devant l’ignominie,

Des milliers de naissances dans la catimini.

 

Réguler, maitriser, contrôler, planifier,

Le respect de l’humain réduit fécondité,

Ignorant  ces principes, ils seront par milliers,

Enfants de l’exclusion nés dans l’anonymat,

Baptisés   de  « personne »  d’alpha en oméga.

 

Habillés de prénoms, ils ne possèdent en droit

Que celui de se taire et de subir nos lois,

Quelles couleurs sont leurs jours, le repos de leurs nuits,

Ou tendresse et amour sont gommés par l’oubli.

 

Abusés, violentés, nourris de maltraitance,

Leurs  mots seront des larmes pour nous dire leur enfance,

Grandir, se développer et puis aussi jouer,

Que de verbes impossibles  pour eux à conjuguer.

 

La confiance en son pas pour aller vers demain,

Martèle  la prudence et la peur du chemin.

De règles en injonctions, de notes en directions,

Ils aspirent  découvrir un semblant d’affection.

 

 

La famille d’accueil  soutient du quotidien

Elève un mur de rites massif et rachidien,

Implacable machine que l’administration,

Qui s’acharne à briser  fragile relation.

Qui pourrait se construire, apprendre, persévérer,

Quand de familles en centres il faut déménager.

 

L’état prodiguant  fonds se donne bonne conscience,

Prétendant  ignorer mille et une déviances,

L’empathie  et l’écoute  pour tous ces délaissés,

Se résument  aux mesures qu’on ne peut façonner.

 

Dès  leur majorité, du jour au lendemain,

Les voici devenus  maîtres de leurs destins,

Sans argent et sans toit auront-ils d’autres choix,

Que d’élire domiciles dans la rue désarroi.

 

Célèbre institution dont je tairai le nom,

Enrichit  Thénardier  honte de la nation,

Des résilients dénoncent,  pas tout à fait brisés,

Pour que de leurs méfaits ils soient un jour châtiés.

 

De Vincent à Audrey, de Carole à Françoise,

Ils portent leurs messages sur tout le territoire,

S’engager dans l’action, divulguer  leur mission,

Armés de leur courage, de  tant d’abnégation,

Ils nous ouvrent les yeux sur ces aberrations

Pour crier par leurs voix toute notre indignation.

 

Martine

 

 

 

 

ST Vincent de Paul  - Audrey Hepburn –

Carole Bouquet – Françoise Laborde

 

 

 



24/01/2019
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres