Bienvenue dans mon Univers

Bienvenue dans mon Univers

LYONNAIS JE VOUS AIME

Napoléon et Lyon.jpg

En 1815, Napoléon déclare sa flamme aux Lyonnais !

 

Lyon a toujours eu une place particulière pour Napoléon. C’est une ville qu’il a connue avant la Révolution, puisqu’il y déjà séjourné à

l’été 1786 ; une ville à qui il a redonné sa prospérité en relevant les façades détruites de Bellecour, en passant commande auprès de l’industrie de la soierie. C’est aussi une ville dont les élites ont soutenu le coup d’État du 18 Brumaire où il prend le pouvoir en mettant fin au Directoire et son action jusqu’en 1812.

 

En 1815, Napoléon, suite à son premier exil à l’île d’Elbe, débarque au Golfe Juan le 1er mars et ouvre ainsi la dernière séquence de son règne avec les Cent jours. Remontant par les Alpes, il entre le 7 mars à Grenoble.

 

A cette même date, Le maire de Lyon et le préfet se décident à rendre publique la nouvelle du débarquement, connue à Lyon depuis trois jours. Le comte de Fargues, alors maire de Lyon, se montre assez virulent sur le retour de l’empereur honni…

 

Le 8 mars, le comte d’Artois, futur Charles X, arrive à Lyon pour défendre la ville. Mais ne réussissant pas à mobiliser les Lyonnais, il quitte la ville, où l’Empereur fait son entrée le 11 mars après 9 h du soir.

 

Etrangement, le comte de Fargues, qui à l’arrivée de l’Empereur n’a pas choisi de démissionner, trouve une conviction politique nouvelle comme en témoigne l’affiche qu’il fait placarder ce même jour.

 

Durant son bref séjour à Lyon, l’empereur signe une série de décrets qui donnent l’esprit de son nouveau pouvoir, destiné à asseoir son autorité.

 

Il quitte Lyon pour se rendre à Paris le 13 mars ; ce même jour, il rétablit la cocarde tricolore et laisse une proclamation fameuse :

 

« NAPOLEON, par la grâce de Dieu (…). LYONNAIS, au moment de quitter votre ville (…), LYONNAIS, je vous aime ».

 

Les mots qu’il emploie confirment la dimension affective qui lie l’Empereur à Lyon.

 

Le comte Jean-Joseph Mallet de Fargues, après son superbe retournement politique entre le 7 et le 11 mars va être démis de ses fonctions le 30 avril. Redevenu maire de Lyon, le 17 juillet, il n’aura de cesse de réprimer les Bonapartistes jusqu’à son décès en 1818.

 

En 2005, les Archives de Lyon consacraient une exposition à cette relation particulière entre Napoléon et les Lyonnais.

 

 

> Découvrir le livret de cette exposition

 


 


 

 Par Tristan VUILLET, archiviste aux Archives municipales de Lyon


08/12/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 66 autres membres